samedi 1 avril 2017

Decay 1992


PCP par Decay (Photo : Weny 1479 RIP)


Ce graff a été réalisé en 1992 dans un squat, situé rue de la Folie-Regnault, près du Père Lachaise, dans le 11e. A l’époque, trois immeubles mitoyens de cette rue, -les numéros 9, 11, 13-, étaient squattés. L’entrée se trouvait au 9. Au premier étage, Nascio avait esquissé deux têtes sous lesquelles il avait tagué “Le squat aux PCP”. Bon nombre des membres du groupe PCP (Petits Cons de Peintres) avaient peint des fresques dans les différentes pièces et chambres de ces trois immeubles, notamment Number 6, Cap, Smoker, Kao, Popay et donc Decay. 

Médiatisé dans de nombreux fanzines français - 1Tox (1992), XPlicit GraffX (1993), 400 ML (1994) -et allemand - Style Wars (1996), ce graff est rapidement devenu un classique du graffiti parisien. Il apparaît dans Writers (2004) et dans Paris City Graffiti (2010). A l’époque, ce graff marque les esprits, par son aspect macabre et par sa qualité graphique. 

PCP par Decay (Photo : Graffiti Paparazzi)

Face à ce graff, l'impact visuel était direct parce que ces trois lettres donnaient l'impression d'être fossilisées dans le mur. Impression que Decay a réussi à créer en donnant du relief aux ossements et aux aliens, sous lesquelles sont entassés des crânes humains. 

Les têtes de mort sont alors un motif récurrent dans le graffiti new yorkais comme dans le graffiti parisien (Revolt et Lady Pink à New York, Mode 2, Psyckoze et Alex des MAC à Paris). 

Figure iconique de la contre-culture dans les années 1970-1980, la tête de mort apparaît sur de nombreuses pochettes d'album, celles réalisées par Rick Griffin pour Greatful Dead ou Jimmy Hendrix, plus tard sur les pochettes d'album de hard-rock (Guns n’ Roses, Iron Maiden, Megadeth, Black Sabbath, Slayer, Metallica), de punk (Misifts) et de hip-hop  (Cypress Hill, GravediggazBone Thugs N'Harmony). En France, Jean-Michel Jarre a également utilisé une tête de mort pour l'album Oxygène

H.R Giger

Mais c'est incontestablement dans deux univers que Decay a puisé ses influences : celui des Catacombes de Paris et celui du plasticien suisse H.R Giger, inventeur de la créature du film Alien de Ridley Scott, sorti en 1979. Ce graff "PCP" est l'aboutissement d'une recherche graphique sur les modules de Giger que Decay a entrepris dans d'autres terrains à Paris, notamment aux Charbonniers dans le 13e. 


Dec par Decay (Photo : Wasted Talent)

D'autres graffeurs des PCP, tel Popay, entreprennent au même moment un travail inspiré des modules et des aliens de Giger. Comme le rapplait le documentaire Writers, les PCP avaient tracé une troisième voie dans le graffiti parisien. En adoptant une forme picturale à la croisée des chemins entre Picasso et Giger, ils se distinguaient des deux écoles du graffiti new yorkais qui avaient été poursuivies en Europe dans les années 1980. La première incarnée par Dondi, privilégiant de grandes lettres colorées et lisibles, avait été prolongée en Europe à Londres, puis à Paris, par les TCA (The Chrome Angelz). La seconde symbolisée par Phase 2, presque illisible, ouvrant la voie au wild style, avait été sophistiquée à Paris par les BBC (Bad Boys Crew).



Popay - Terrain de la Roquette (Photo : Merry Prankster)

Ce "PCP" réalisé dans le squat de la rue de la Folie-Regnault est également resté dans les mémoires, en raison de son emplacement : caché au fond du squat, dans une pièce sombre dont le sol était jonché de gravas, de vitres fracassés, de matelas pourris, d'ordures et de merde. Ce squat tombait en ruine : certains planchers s'étaient effondrés, les menuiseries des fenêtres avaient été enlevées, les escaliers étaient branlants... 

Pour ma part, j'ai trouvé ce squat avec un pote, par hasard, un matin d'octobre 1993. Depuis la rue, j'avais aperçu un perso de Popay, perché sur le toit d'un immeuble de trois étages. Après avoir étudié la situation, on avait compris que pour le prendre en photo, il allait falloir soit escalader, soit rentrer dans l'immeuble. La première option vite exclue, on a 
poussé une grille, puis une porte, et on s'est alors retrouvé dans le salon d'un appartement, sans savoir ce que on allait trouver au premier étage ni à qui on allait avoir à faire. De la pure adrénaline pour les petits de treize ans qu'on était. 


Popay (Photo : Graffiti Paparazzi)

S'aventurer dans ce lieu obscur où plus rien ne tenait debout, où les portes, les fenêtres, les carrelages, avaient été fracassés, s'enfoncer dans son dédale de couloirs recouverts de tags pour enfin tomber sur ce graff qu'on avait déjà vu et revu dans les fanzines de l'époque, c'était comme trouver un trésor enfoui au fond d'un antre maléfique. 

Pas discrets, on a fini par attirer l'attention d'un type en crampon short qui tenait une tasse de café dans sa main. Au départ, on n'était pas rassuré. Il est venu nous saluer gentiment : un Algérien qui nous a présenté à sa famille qui vivait dans une pièce minuscule qui se trouvait juste à côté du PCP réalisé par Decay. 

Dans cette chambre, l'une des rares qui ne ressemblait pas à un taudis, deux femmes assises parterre près d'un réchaud nous avaient timidement souri. Le mec en crampon short a ensuite voulu nous présenter à "Dragan", - un prénom slave, croate ou serbe, sans doute. A l'époque, ce gars avait sûrement dû fuir la guerre en Croatie ou en Bosnie. On est donc parti à sa recherche. A l'étage, il a toqué sur la porte d'un placard qu'il a fini par ouvrir. Là, il y avait un matelas et trois photos de cul scotchés aux parois du placard. Tout à coup, on est passé d'un état euphorique à un état de désolation. La misère, on avait beau la voir tous les jours dans les rues de Paris, on l'avait jamais approché d'aussi près. 


N°6 (Photo : Graffiti Paparazzi)


Ce jour-là, on a foiré pas mal de photos. Mal cadrés car les pièces étaient trop exigues pour prendre le recul nécessaire, nos clichés étaient pour la plupart flous ou sombres, en raison de la faible luminosité. On y est donc retourné plusieurs fois, pour prendre notamment cette composition très inspirée de HR Giger, réalisée par Number 6. Elle se trouvait sous un escalier, dans la même pièce que le graff de Decay. Le squat des PCP, sur le point de s'écrouler, a finalement été détruit en 1995. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire